Choisissez Votre Couleur.


Auteur Sujet: Au travers de mon expérience : les mutations  (Lu 8331 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

31 décembre 2007 à 00:16:04
  • L'Equipe.
  • Présent
  • *
  • Messages: 7064

Au travers de ma modeste expérience, je vais tenter d'aborder le sujet de la mutation au combien délicat dans le monde de l'élevage. Il se voudra volontairement simple étant donné que je ne suis ni généticien, ni scientifique et que seul pour moi compte la rareté et la beauté.

J'écarterai d'emblée toutes allusions bassement mercantiles faites par certains, sans doute de la jalousie mal placée.

Mon but n'est pas de faire ici l'apologie de la mutation car il ne faut pas perdre de vue les espèces sauvages qui pour certaines sont en danger. Ma passion est avant tout celle des anatidés mais évolue en fonction de l'expérience.

Petit rappel : la mutation est issue d'un sujet de phénotype sauvage apparaissant spontanément. En ce qui concerne l'élevage, elle est préservée et fait l'objet de toute l'attention nécessaire afin de fixer les caractères que l'on souhaite conserver. On ne peut pas parler de "pollution génétique" de l'espèce étant donné qu'elle existe a l'état naturel et n'est en aucun cas le résultat d'un croisement entre espèces. Il ne s'agit ni de "manipulation", ni de "fabrication" de la part de l'homme.
Après, tout est question de goût mais le problème n'est pas la. Pour sélectionner un sujet bien "type" et de couleur "parfaite", il faut des années de travail et de patience. Les combinaisons sont multiples et les résultats pas toujours à la hauteur des espérances et c'est la que le mot PASSION prend toute sa dimension à mes yeux. A contrario, le phénotype sauvage nécessite de bien choisir au départ, les sujets qui correspondent le mieux au standard de l'espèce.
Peut-on à l'heure actuelle, remettre en questions la place qu’occupent les mutations dans nos élevages ?

Petite anecdote : Qui connaît la couleur originelle du canaris ? Vous me direz certainement jaune ......eh bien pas du tout ! C'est vert
Comment en sommes nous arrivés la et ceci n'est qu'un exemple parmi tant d'autres ? C'est une question a laquelle je ne saurais répondre....

Ceci étant, respectons les choix de chacun et cessons la discorde. Avançons dans le respect des espèces et n'oublions pas que l'humilité et la plus grande qualité dont un éleveur peut s'enorgueillir.


Copyright © 2007  http://www.gallinette.net/plumedeau. Tous droits réservés.
Les contenus mentionnés appartiennent à leurs propriétaires respectifs



« Modifié: 31 décembre 2007 à 00:17:53 par KIKI »


26 mars 2008 à 13:59:45
Réponse #1
  • L'Equipe.
  • Présent
  • *
  • Messages: 7064

voici un tres bon lien ,pour ceux qui parlent un peu anglais, concernant le mode de transmission des genes chez les differentes mutations des carolins.
attention le mode de transmission n'est pas le meme chez tous les anatides  suivant la ature du gene (recessif ou dominant)

http://www.mauricefield.net/chenoa/aixgenetics.shtml


05 août 2010 à 13:27:21
Réponse #2
  • Présent
  • *
  • Messages: 2236
  • location: bretagne sud
  • Sexe: Homme

quand tu dis qu'il ne s'agit pas de manipulation  : il faut quand même un travail de la main de l'homme pour sélectionner et fixer la mutation ...??
sinon comme beaucoup sont récessives elles disparaîtraient d'elles mêmes !! non ??

c'est parfois difficile de fixer une nouvelle mutation !! (d'où évidement le prix qui s'en suit au départ...) c'est lié au fait qu'il faut recroiser le mutant avec un des parents (dans le cas où les deux parent seraient porteur....dans cette optique il peut être intéressant de conserver la reproduction du couple d'origine pour savoir si la mutation ne réapparaît pas encore : dans ce cas on peu soupçonner une "facilité" des parents soit par défaut génétique ou faiblesse soit directement comme étant porteurs!!) pour refaire des porteurs qui à leur tour croisés entre eux ou avec le mutant peuvent (!!) donner des mutants (phénotype visible) ...
de par le jeu des % il se peut très bien qu'il faille plusieurs années de repro avec uniquement des porteurs et pas de mutants dans la descendance....!!
travail de longue haleine !!!

qui plus est qu'il faut recommencer à croiser le mutant d'origine avec d'autres phénotypes sauvages afin d'éviter la consanguinité....

c'est du boulot et de la patience !!

(juste à mon avis bien faire attention de tous ces jeunes phénotype normal porteur ou non .... tout le monde ne veut pas forcément de mutation...)
X%  @ plus !!
laurent


05 août 2010 à 13:44:22
Réponse #3
  • L'Equipe.
  • Présent
  • *
  • Messages: 7064

Il est certain que si on décide de fixer une mutation, il faut un énorme travail de patience et d'observation. Merci de souligner ce point.

Cependant on travaille a partir d'un sujet qui apparait spontanement donc n'ayant subi aucune manipulation humaine au départ afin d' obtenir un tel sujet. C'est apres que commence la longue selection pour fixer la mutation.

Il est certain qu'il faut etre prudent ensuite lorsque que tu disperses des sujets porteurs. Bons nombres d'eleveurs se retrouvent avec des mutants non desirés, ce qui peut-etre préjudiciable.
De la a parler de pollution genetique comme j'en entends souvent parler, je ne me risquerai pas a de tel propos. Seul un geneticien pourrait eventuellement nous repondre mais a premiere vue une pollution genetique d'une espece resulte plutot d'une hybridation et non de sujet mutant propre a l'espece !!!!

J'eleve depuis de nombreuses annees des mutants de tout horizons fascine par la beaute de certains que la nature nous offre au hasard. J'apporte une grande importance a la selection mais je peux te dire qu'avec des sujets porteurs ou non il est facile, apres plusieurs generations, de revenir a des sujets qui ne sortent que du phenotype sauvage, avec un peu de serieux dans les choix des reproducteurs et une fois que tu as compris le mode de transmission.

On constate depuis quelques annees l'apparition de plusieurs mutations sur des sujets se reproduisant depuis de nombreuses annees en elevage alors que les especes rares ne sont pas encore touche pour le moment.

Notons aussi que dans la nature des sujets mutants ont ete observe mais de part leurs caracteristiques trop inadaptes ne survivent que tres rarement.
« Modifié: 05 août 2010 à 13:50:27 par KIKI »


05 août 2010 à 13:57:36
Réponse #4
  • Présent
  • *
  • Messages: 2236
  • location: bretagne sud
  • Sexe: Homme

on est d'accord sur tout !!!  (enfin à une broutille près... on va pô chipauter!! 8 ) )

pour l'apparition des mutations je pense que la consanguinité peut influer la dessus !! (voir le post consanguinité : points forts points faibles)
on affaibli l'animal par consanguinité : maladie, taille, repro, ..... donc on facilite aussi les mutations !!

(la broutille :  (mdr) : la pollution serait pour moi si on devait relacher un jour des sujets captifs et ta dernière phrase ... ("inadaptés") vu les risques naturels et de selection elle aussi naturelle, et l'autorégulation... ça serait bête que par le hasard un des seuls survivant d'une portée soit un mutant...?? )
X%  @ plus !!
laurent


05 août 2010 à 14:04:10
Réponse #5
  • L'Equipe.
  • Présent
  • *
  • Messages: 7064

Je suis d'accord avec toi pour dire que les sujets que nous reproduisons sont plus enclin a produire des sujets mutants et les raisons sont multiples (nourriture, biotope ) effet direct de leur etat captif.
Je reviens sur la broutille  ; ), le sujet mutant a tres peu de chance de survivre car par "inadapte " je voulais dire que de part sa couleur inadapte au mileu ou il vit ( camouflage propre a l'espece )ou encore l'albinisme rendant sa vue tres diminuee, ils n'auront aucune chance !


05 août 2010 à 14:14:05
Réponse #6
  • Présent
  • *
  • Messages: 2236
  • location: bretagne sud
  • Sexe: Homme

oui oui !!! c'est bien ça on est d'accord !!

(d'où ma p'tite démo : on relâche pour retaper l'espèce !!....)
X%  @ plus !!
laurent