Choisissez Votre Couleur.


Auteur Sujet: Anatomie de l'aile  (Lu 6987 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

14 septembre 2008 à 17:40:33
  • Présent
  • *
  • Messages: 3869
  • Age: 61
  • location: Braine-le-Comte, Hainaut
  • Sexe: Femme



1. Rémiges primaires
2. Rémiges secondaires
3. Rémiges polliciales (bâtardes)
4. Rémiges scapulaires
5. Grandes couvertures
6. Couvertures moyennes
7. Petites couvertures

Au niveau osseux, l'aile est composée de :
L' humérus, os relativement court et fort.
Le radius et le cubitus, 2 os parallèles l'un à l'autre.
Les os du carpe, donc de la main.

1) Structure de l'aile
L'aile est formée d'un squelette entouré de muscles et de peau dans laquelle sont implantées les plumes.
On divise les plumes de l'aile en rémiges et en couvertures.
Les rémiges primaires sont fixées sur les os de la main (entre 9 et 12).
Les rémiges secondaires, plus courtes en général, sont fixées sur le cubitus (entre 6 (Colibri) et 38 (Albatros)).
Les rémiges tertiaires, fixées sur l'humérus, sont nettement plus développées chez les Albatros, les Puffins et certains canards.
Les rémiges polliciales ou bâtardes, sont insérées sur le pouce (ou premier doigt), elles jouent un rôle important lorsque l'oiseau vole au ralenti, elles sont fortement écartées du bord de l'aile.

Les couvertures recouvrent la base des rémiges comme les tuiles d'un toit, elles renforcent l'aile et, surtout, la rendent aérodynamique en obturant les vides qui séparent les rémiges.
Il y a 3 catégories de couvertures : les grandes, les moyennes et les petites (ces dernières sont le plus souvent disposées sur trois rangées).
La face inférieure de l'aile porte également des couvertures.

Les plumes axillaires et scapulaires (situées à la jonction du corps) assurent la transition avec le plumage du dos.
D'autres petites plumes sont insérées sur une grande membrane de peau (le patagium), qui relie la main à l'épaule (ce sont les couvertures marginales) et une autre membrane se trouve à l'arrière de l'aile.

Le nombre des plumes et des couvertures est constant pour les oiseaux appartenant à une même famille.
La forme de chaque catégorie de plumes alaires est également à peu près constante, même dans des groupes très différents.
Ainsi, les rémiges polliciales de la Mésange bleue et de la Buse ont un contour identique.
Au repos, l'aile est repliée en forme de Z : le coude et l'extrémité de la main se trouvent en arrière, tandis que le poignet est en avant.

2) Forme de l'aile
Elle dépend, d'une part, de la longueur des os qui la soutiennent (celle-ci détermine en effet le nombre des rémiges) et, d'autre part, de la taille respective des diverses catégories de plumes.

a.- Les oiseaux au mode de vie essentiellement aérien et au vol rapide ont des ailes étroites, falciformes, très allongées (Martinet, Hirondelle, Colibri).
Les os du bras et de l'avant-bras sont très courts, par contre, les doigts de la main ont un développement maximal, et les rémiges primaires dépassent de beaucoup les autres.
D'autres espèces au vol rapide ont un squelette moins modifié (Faucon pèlerin, Hobereau, Bécasseaux, Chevalier, Pluvier, etc.).
Les ailes de ces derniers ont la particularité d'avoir les dernières rémiges secondaires proches du coude très allongées (analogue chez les Pipits et la Bergeronnette).

b.- Les oiseaux planeurs ont des ailes de deux type :
    1° ailes très larges et longues (Vautours, Marabouts, Cigognes, Aigles); les rémiges primaires sont écartées comme les doigts d'une main quand l'oiseau plane.  Ces espèces utilisent les courants d'air chaud ascendants.
    2° ailes très longues mais étroites (Albatros, Puffins, Frégates).

c.- Les espèces aux capacités voilières peu développées (Perdrix, Faisans, Tétras) ont des ailes très courtes et larges.
Toutefois, il y a des exceptions, comme la Caille.

d.- Les oiseaux capables de se déplacer rapidement dans un sous-bois dense (Autour, etc.) ont des ailes assez arrondies.

3) Autre particularité
On observe un allongement sensible de l'aile chez certaines espèces migratrices par rapport à d'autres espèces de même taille, mais sédentaires : l'aile du Loriot d'Europe, migrateur, mesure en moyenne de 14.5 à 16 cm de long, tandis que l'aile du Loriot africain mesure de 13.3 à 14.7 cm.
L'aile de deux autres espèces africaines, sédentaires elles aussi, ne dépasse pas 11 à 13 cm.

Réf : Archives Larousse

« Modifié: 14 septembre 2008 à 18:52:05 par Caramel2007 »
"Lorsque quelque chose te parait insurmontable, c'est uniquement parce que tu doutes de toi "


14 septembre 2008 à 17:48:36
Réponse #1
  • Présent
  • *
  • Messages: 2909

merci christine super sujet  ; )  (bisou)


08 juillet 2014 à 14:03:50
Réponse #2
  • Présent
  • *
  • Messages: 4417
  • location: Seine Maritime
  • Sexe: Femme
  • il est permit de rever a n'importe quel age

http://aviculture85.e-monsite.com/pages/4-astuces.html

voici un lien plutot interessant pour l'éjointage, entre autre et quelques autres sujets qui peuvent nous aider  à vous d'en juger  ; )
« Modifié: 08 juillet 2014 à 14:05:15 par Lucie »


08 juillet 2014 à 19:23:50
Réponse #3
  • seine maritime
  • Administrateur
  • Présent
  • *
  • Messages: 32099
  • Age: 101
  • location: Normandie
  • Sexe: Femme
  • super caractère

Merci Lucie

 (fete)


08 juillet 2014 à 21:34:44
Réponse #4
  • Présent
  • *
  • Messages: 4657
  • location: Côtes d'Armor
  • Sexe: Homme

Un produit "raticide" qui mérite quelques recherches afin de trouver un fournisseur local !  : )

MERCI Lucie !  ; )